La chute des Archéménides

Comment prendre une raclée contre Alexandre ?

puis tirer partie de ses erreurs la semaine suivante

J'ai arrêté de fumer. Vous me direz, c'est une excellent nouvelle mais quelle rapport avec un CR ? Et ben c'est simple, tout l'argent qui partait en fumée m'a permis d'investir dans une armée d'Archéménides peinte que j'ai complété peu à peu.

Et voila ! Le grand jour est arrivé. Mes Archéménides sont de sortie. C'est Bruno et ses Macédoniens d'Alexandre qui seront mes adversaires.

Notez que les photos sont de Pascal. Merci à lui

Comment jouer aussi mal ? Comme d'habitude j'attaque. Mes immortels et mon infanterie de la garde foncent vers les positions macédoniennes.

Une vue de l'aile droite avec les cavaliers des Strapes et la cavalerie de la garde. On voit aussi les Hoplites qui ont beaucoup de mal à avancer.

En moins de deux heures, la cause est entendue. Les immortels et l'infanterie de la garde perse ne font pas le poids face à la phallange macédonienne !

J'ai bien bousculé les Compagnons mais ce fut le seul résultat positif de la journée

Bien joué à Bruno qui a su tiré partie de mes erreurs

Une demi revanche

Piqué au vif par cette défaite cuisante, je décidais de remettre le couvert la semaine suivante. Voici le compte rendu fidèle de notre envoyé spécial Attila le Hun :

Hier les Macédoniens d'Alexandre Brunos et les Perses de Darius Yannus se sont affronté dans la vaste plaine de Bruz. Suite à une erreur technique (euh, un oubli), les services de presses n'ont pu prendre de photos. Après avoir été vaincu (pour ne pas dire écrasé) la semaine dernière, Darius Yannus était bien décidé cette fois à repousser le Grec. Et l'extraordinaire se produisit ! Pour la première fois Darius Yannus connu pour sa témérité voire son impétuosité, a joué défense durant toute la partie, laissant à Alexandre Brunos le rôle de l'attaquant.! En plus, pour la première fois, Darius Yannus n'avait boosté aucun de ses généraux !

Le combat dura plus de 4 heures. L'attaque macédonienne se déroula sur la droite (gauche du Perse). Elle fut d'une rare violence et faillit tout emporter sur son passage. Finalement, le Perse réussit à rétablir ses lignes au prix d'un corps de léger parti en déroute et d'un corp principal moral aggravé 2. De son côté, je crois me souvenir que le Macédonien avait un corp (voire deux) moral aggravé 1 La victoire tactique revient donc aux Macédoniens. Gloire à Alexandre Brunos et à son armée ! Il reste que l'armée perse n'était pas détruite. Sa cavalerie d'élite était encore intacte (ou presque à une plaquette prêt) et ses chances de l'emporter encore non négligeable quoique moins probable qu'une victoire finale du Macédonien.

Bilan : bravo à Bruno mais je ne suis pas mécontent. Je commence à comprendre comment les Perses doivent être joués